Accueil > Créateur(s) d’avenir ! (2010) > Dimanche 18 avril > Homelie du Père Norbert TURINI

Homelie du Père Norbert TURINI

Evêque de Cahors

dimanche 18 avril 2010, par Pierre

Chers amis,
Après la mort de Jésus et sa résurrection au matin de Pâques, tout recommence comme avant :

  • la famille,
  • le travail,
  • la vie ordinaire des pécheurs du bord du lac.

Ils ont retrouvé barques et filets comme s’ils ne les avaient jamais quittés.

Nous sommes déçus. Nous pensions que Pierre, Jacques et Jean, Thomas, Barthélémy et leurs compagnons seraient devenus des pêcheurs d’hommes.
Jésus le leur avait pourtant prédit.
Ils avaient tout quitté pour ça et c’est le retour à la case départ,
là même où Jésus les avait appelés,
là même où ils s’étaient enthousiasmés pour ce prêcheur itinérant,
sur lequel il savait peu de choses.
Et pourtant, il leur offrait tellement plus que la banalité de leur quotidien.
Il répondait tellement à ce qu’ils espéraient au plus profond d’eux-mêmes :

  • vivre autrement,
  • vivre passionnément,
  • sortir de la monotonie des jours qui se répètent, partir,
  • faire du neuf, créer du nouveau.
    Personne avant Lui, ne leur avait donné tout ça.

Jésus leur parlait de Son Royaume et cela les faisait rêver,
ils s’y voyaient déjà et certains mêmes ambitionnaient les premières places.
Bref, ils s’étaient mis à le suivre .
Puis tout s’arrête au moment où nous croyions qu’eux,
les Apôtres du Seigneur,
allaient poursuivre, prendre le relais
et soulever le monde par la foi, Pierre en tête.

Nous avons le sentiment que tout ce qu’ils avaient créé ensemble
repose à jamais au fond du lac de Tibériade.
Qui viendra les aider à « repêcher » dans leurs filets,
cette joie des départs en mission et des retours de mission,
ce bonheur indicible de voir la Parole de Jésus

  • illuminer les yeux de celles et ceux qui l’écoutaient,
  • élever leur âme,
  • produire de si nombreux fruits.

Cette aventure humaine des apôtres, mes amis,
c’est la nôtre.
L’Evangile de Jean ne nous cache rien de la tiédeur de ces hommes,
de leur manque de persévérance,
de leur incrédulité.
Même après Pâques, ils conservent leurs faiblesses et leurs fragilités.
Par-eux-mêmes, ils ne peuvent rien créer de nouveau,
Sinon répéter ce qu’ils faisaient avant.

Nous sommes pareils qu’eux.
Après les vacances, nous allons retrouver

  • nos collèges, comme eux leurs barques,
    Dès ce soir,
  • nos parents, nos amis, comme eux leur famille et leur voisinage,
  • nos villes et nos villages, comme eux les rivages du lac.
    Tout peut recommencer comme avant notre arrivée jeudi.

Comme Pierre, Thomas, et les autres, chacun risque d’oublier que Jésus est bien vivant.
Il le leur avait pourtant promis et il a tenu parole,
Il est ressuscité au matin de Pâques

Nous nous le sommes redit durant ces quatre jours.
Que va-t-il en rester quand nous rentrerons ?
C’est à chacune
C’est à chacun d’y répondre ?

Vous avez entendu ce détail dans l’Evangile :
« Au lever du jour, Jésus était là,
mais les disciples ne savaient pas que c’était lui ».
Cela ne vous rappelle rien ?

Si, bien sûr : Marie-Madeleine qui se rend de bon matin au tombeau
Et qui ne reconnaît pas Jésus
Elle le prend pour le jardinier.

C’est bien Lui, mais Il est différent.

Ce lever du jour au bord du lac,
C’est une nouvelle journée,
une nouvelle création,
un matin de Pâques, une résurrection :
Jésus fait renaître ses Apôtres de Sa Vie nouvelle,

C’est pour cela qu’il se tient toujours près de nous, surtout

  • quand nous nous laissons enfermer dans nos petits riens,
  • quand nous avons perdu le fil rouge de notre vie, et même de notre foi,
  • là où nous nous réfugions dans la sécurité de nos habitudes,
  • là où la banalité du quotidien nous endort, nous affaiblit et nous fait tout oublier.

Depuis qu’Il est ressuscité, Jésus nous fait signe sur les rivages de l’existence, pour nous dire :
« Jette tes filets du bon côté de ta vie,
et tu seras surpris de ce que tu en ramèneras,
puis viens à ma table refaire tes forces du pain de mon eucharistie ».

Aujourd’hui est un bon jour pour commencer !
Toi qui m’écoutes, toi, toi ou toi…
tu ne le sais encore pas,
mais ta vie intéresse ce Jésus de Pâques !
Par ma voix,
Aujourd’hui,
Oui, aujourd’hui,
il te fait savoir que ta vie l’intéresse !
Il t’appelle à venir travailler avec lui
sur l’un des 1000 chantiers du monde
où l’on naît, où l’on vit où l’on meurt,
sans le connaître, Lui, et sans savoir que le bonheur existe
par delà la misère, l’injustice et la guerre !
Il te fait savoir
Qu’il y a des Bâtisseurs d’amour qui sont prêtres, diacres, religieuses, religieux, missionnaires, moines, laïcs.
La tâche n’est pas facile : il faut le vouloir !
Si tu veux, viens !
Au premier matin du monde, Dieu a fait commencer la création.
Au lever du jour, Jésus a fait renaître Pierre et les Apôtres en donnant à chacun le vraie sens de sa vie.
La Parole de Jésus,
la présence de Jésus,
le pain et la nourriture qu’Il leur partage, les a re-crées,
pour qu’ils deviennent à leur tour créateurs d’avenir pour créer l’Eglise.
Celle

  • qu’ils ont bâti forts de l’Esprit même de Jésus
  • qui depuis deux mille ans conduits les troupes du Royaume de Dieu, dont nous faisons tous partie, rassemblés à Lourdes depuis jeudi.

Ami(e), quelle belle aventure !
Tu y repenseras dès ton retour chez toi et les jours suivants.
C’est

  • dans un coin de la cour de récré,
  • sur le chemin de ton collège,
  • là où tu te retrouves avec tes copains et copines,
  • dans ton groupe d’aumônerie,
  • en paroisse,
  • chez toi, dans le silence de ta chambre,
    qu’Il t’appellera et t’apprendra à faire de l’ordinaire de ton existence une vie extraordinaire, une aube nouvelle.

Comme Pierre, n’hésite pas à te jeter à l’eau pour rejoindre Jésus,
tu ne le regretteras pas.

La joie que tu connaîtras avec lui,
dépassera tout ce que tu peux imaginer.

Je pourrais m’arrêter là,
mais Jésus va plus loin avec Pierre :
« M’aimes-tu » lui demande-t-il.

  • On ne peut pas renaître, revivre, si on ne le veut pas,
  • on ne peut pas être créateurs d’avenir,
    si l’on n’accepte pas de respirer le souffle du Ressuscité.

On ne peut y consentir qu’en L’aimant.

Parce que l’amour c’est la vie,

  • rien ne peut se créer sans amour,
  • rien ne peut commencer ou recommencer si l’on n’aime pas ou si l’on n’est pas aimé.

Pierre a dit oui,
à l’amour,
oui à Jésus et à son amour pour lui.
Il n’est plus un disciple du passé
mais un apôtre des temps nouveaux,
un missionnaire de l’avenir,
un créateur avec Jésus de la première Eglise.

Si tu te poses encore la question :
« Comment dois-je devenir créateur d’avenir ? »
Jésus te donne la réponse :
« En aimant ».

Je te le souhaite et je nous le souhaite de tout cœur, aujourd’hui, demain et toujours. AMEN

1 Message

  • Homelie du Père Norbert TURINI Le 18 avril 2010 à 20:05, par brigitte.lecuelle@xavieres.org

    Bonjour du Tchad où je vois que le même Esprit souffle toujours sur le Rassemblement des Jeunes de la Province, un Esprit qui nous crée, nous recrée et fait de nous des Créateurs d’Avenir. Bravo aux organisateurs, bravo à Nomade, bravo aux jeunes, et bon vent à tous au souffle de l’Esprit !
    Brigitte, N’Djaména

    Répondre à ce message

Répondre à cet article